Tag Archives: David Laflamme

Une petite histoire de la cuisine à la télévision québécoise. (1952-2012)




Le contenu télévisuel francophone dédié à l’alimentation à la télévision québécoise sera profondément modifié à partir de la fin des années 1990 en passant d’un modèle informatif et éducatif de femme à femme, à un modèle où l’aspect divertissement prend la part majeure du gâteau et où les émissions animées par des hommes sont les plus présentes.


Le pesco-végétarisme, le compromis français pour sauver la commensalité




Le menu des cantines scolaires, immanquablement, s’immisce de manière chronique dans l’actualité nationale à la faveur d’une déclaration ou d’une prise de position controversée d’une personnalité publique ou politique. Or, la visibilité médiatique de ces événements est directement liée à leur caractère exceptionnel. En effet, une simple analyse des menus des cantines scolaires des écoles primaires des dix communes les plus peuplées de France révèle que les compromis visant à la bonne cohabitation et le respect de pratiques alimentaires des familles des élèves sont la règle en France.


Comment les Parisiens ont (ré)inventé l’apéro paysan (1950-1980)




Durant les années 1970, les Parisiens prennent l’apéritif comme ils vont au salon de l’agriculture : ils font un voyage symbolique dans ce pays de convivialité simple et authentique qu’est la « Ruralie ». L’apéritif permet de mettre en scène à la fois, les valeurs auxquelles ceux qui l’organisent ou qui y participent s’identifient, mais également, certains de leurs fantasmes et de leurs aspirations…


Les mouvances identitaires françaises et l’apéro (1890-1950)




À un moment où des groupes aux motivations politiques marqués par une certaine xénophobie prônent comme symbole de leur identité française la tenue tonitruante d’apéritif public où ceux qui s’abstiennent de boire leur pastis et de manger leur saucisson sont stigmatisés, il est intéressant de constater que, durant la première moitié du XXe siècle, des groupes ayant eux aussi une inquiétude quant à la « grandeur de la France » ont tout fait pour faire disparaître l’apéritif des habitudes alimentaires françaises.